[News]: Floribert CHEBEYA, Mort pour la cause Cabindaise ? Disparition d’un activiste des droits de l’homme…

La veille de sa mort, Floribert CHEBEYA, Responsable du Réseau bassin Congo-Océan avait exigé, à l’Etat Angola la Libération des activistes Cabindais arrétés au Cabinda. Relation de cause à effet ?

Selon le Journal Congolais  » Les Dépêches de Brazzaville » du 03 juin 2010, page 7, son réseau avait fait une communication le 01 juin, au siège de la Voix des Sans Voix (VSV), à Kinshasa (RDC). A cette occasion, ils avaient dénoncé les arrestations opérées par la police angolaise dans le terrotoire du Cabinda.  » Presque toute les victimes ont été apprehendées à domicile par la police angolaise, sans mandat, ni motif réel de cette rafle « 

Pour lui et son réseau, le Gouvernement angolais aurait depuis longtemps indexé ces défenseurs des droits de l’homme pour leurs activités en faveur de la population du Cabinda. Récusant l’arbitraire, ce regroupement exigeait leur libération.  » s’il n’ya pas de raisons, ils doivent être liberés sinon, il faut les déferer devant les instances judiciaires compétentes pour un procès juste et équitable » avait-il préconisé avant sa mort le jour d’après.

Parmi les activistes Cabindais, victimes de la police angolaise, l’on note André Zéferino Puati,, José Benjamin Fuca, Belchior Tati, Raul Tati, Francesco Luemba, tous arrétés en Janvier dernier, Bernabé Paca Pezo, appréhendé en février, et Bernabé Paca Panzo en avril, entre autres. Ils sont tous Cabindais et pour certains activistes de Mpalambanda, Association des droits de l’homme au Cabinda, dissoute en 2006 par l’occupant angolais(Luanda).

Floribert Chebeya était une figure de la société civile, souvent consulté par les Nations unies pour les questions des droits de l’homme en afrique centrale, il luttait sur les terrains les plus sensibles depuis la fin des années 1980. Les activités de Réseau Bassin Congo, cette structure des droits de l’homme, concernent les deux Congo (Brazzaville et Kinshasa), la situation des droits de l’homme au Cabinda et aussi en Angola où il comptait se rendre en septembre 2010 pour un colloque de son réseau.

Floribert Chebeya n’a écouté personne sur sa sécurité, ni son ami Dismas Kitenge, président de Lotus, un groupe de défense des droits de l’homme.  »Je lui ai conseillé plusieurs fois de quitter le pays, pour se protéger. Mais il refusait, disait que c’était lâche.  » Le 2 juin, à l’aube, le cadavre du directeur exécutif de la Voix des Sans-Voix (VSV) a été découvert sur la banquette arrière de sa petite Mazda grise, dans le quartier Mitendi, à Kinshasa. Le lendemain, son épouse identifiait son corps à la morgue de l’hôpital général. Selon un témoignage, il ne portait pas de traces de violences, sinon une plaie au-dessus d’un œil. Le cou était en revanche gonflé, le nez et les oreilles ensanglantés. Les Nations Unies ont demandé l’ouverture d’une enquête internationale et le FBI s’est saisi de cette affaire pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce meutre.

A qui profite le crime ? La conférence prévue par le Réseau Bassin-Congo – Luanda, Septembre 2010 –  aurait-elle lieu  comme les précédentes à Kinshasa et à Brazzaville en 2008 ? Ainsi va la vie des défenseurs des droits de l’homme en Afrique Centrale et au Cabinda…..

Sources: Extrait de Les Dépêches de Brazzaville n°1001 du 03 juin 2010 (par Lucien Dianzenza) à télecharger ici ou ici article seul Nous vous recommandons aussi de lire nos précédents articles sur les arrestations arbitraires au Cabinda  » Droit de l’Homme » .


Bookmark and Share

4 réflexions sur “[News]: Floribert CHEBEYA, Mort pour la cause Cabindaise ? Disparition d’un activiste des droits de l’homme…

  1. Merci pour cette interview
    Nous reviendrons dessus après notre article à paraitre sur Leader Cabinda en prison aux USA: Arthur Tchibassa. Il porte aujourd’hui tous les espoirs de libération du Cabinda.
    Merci.

  2. Objet : Para Bourro de Lisboa
    Tu es un vrai connard. Tu traites les gens de zaïrois ou des congolais et toi, qui es-tu? Sans le Zaïre tu serais un illettré. Pauvre ingrat. C’est le complexe d’infériorité qui te ruine pauvre petit ouvrier de Lisbonne sans vertu. Sénateur de merde. Pauvre suiviste et sans position. Hier tu étais avec Bento, puis avec Bango, batila et autres. Aujourd’hui tu es devenu la rusée de Mingas. Quelle honte. Tu fais toujours l’éloge des nuls parce que tu es toi-même un nul. C’est ma famille au Portugal qui a tout fait pour qu’on te donne des papiers. Si tu ouvres encore ta bouche, on va te les retirer. Le jour que tu mettras tes deux pattes avec ta veste jaune en Angleterre, tu seras mort

    De : Armando Fuakumputu
    Date: lundi 14 juin 2010 14 h 53

    Aquí estao mais outros estrangeirados angolanos e congoleses que em Inglaterra beneficiam de asilo e residência e que falam em nome de Cabinda. Viva Cabinda Barato e de todos os aventureiros. Isso vai acabar. É nessa e com essa desorganização que a Flec chegou ao que chegou e matou a organização e a Causa e Viva a autonomia colonial do memorando de entendimento de Bento Bembe e de Antoine Nzita e que sem sentimentos patrióticos verdadeiros se aproveitam do nome de Cabinda. Não conhecem ,não amam e traiem na primeira esquina,e ao primeiro prato de Lentilhas.
    Já agora Sr. Pedro Mabanza, de que lado está ? (Já agora que relações tem com o ilustre representante da Flec no Reino Unido o Sr. Martinho Lubango) ?Da Flec enclave / Fac / que já negociou secretamente em Paris, Luanda e Ponta Negra como o Bento Bembe uma autonomia colonial da sombra, de enganos e de dinheiros e do memorando de entendimento de Antoine,Bento, Tati, Boma…..que estão a ameaçar de morte os resistentes e corromper outros para deixarem de lutar ou da Flec Resistente (Estado e Pm) que vai e deve continuar a lutar pela pela liberdade, soberania e independencia verdadeira e total do povo ocupado e oprimido de Cabinda?
    A Flec Resistente e patriótica pode e vos adoptar como Cabinda se forem independentistas activos e contra negociações secretas e com a imprensa, o opinião pública e a comunidade internacional e nacional de Cabinda amordaçada e até com activistas dignos de povo de Cabinda presos e julgados, em voos « arrasantes » e jactos privados e de luxo, enquanto que com os verdadeiros filhos de Cabinda.

    Aguardo a vossa resposta senhor Pedro Mabanza.
    RE: A UNIÃO é a nossa força‏
    De : David Kaya Daniel
    Envoyé : sam. 12/06/10 08:00
    À : Flec Fac

  3. La paix au Cabinda : interview de Nzita Henrique Tiago
    Propos recueillis par Justin BANGO pour Mise au point

    Mr Nzita Henrique Tiago

    Mise au point : Monsieur Nzita Tiago, donnez nous des nouvelles du FLEC, quelle est l’actualité du moment au Cabinda ?

    Nzita Tiago : Depuis l’attaque de la délégation togolaise au Cabinda le 8 janvier 2010, la situation se dégrader encore plus, car y a plusieurs arrestations parmi la population et la plupart des membres de la société civile sont actuellement en prison comme Francisco Luemba, Belchior Tati, Raul Tati et d’autres encore.. Certaines personnes ont été assassinées par l’armée angolaise; je reçois des informations selon lesquelles la prison de Yabi à Tchiowa au Cabinda est pleine de personnes arrêtées, qui sont même mises au sous-sol de la prison.

    Mise au point : avez vous appris la mort de Floribert Chebaya, personnalité luttant pour le respect des droits de l’homme en RDC ?

    Nzita Tiago : Bien sûr ! d’abord j’adresse mes condoléances à sa femme ainsi qu’à ses enfants. La mort de Chebaya est une honte pour l’Afrique et ridicule pour la RDC. Il faut savoir que la République angolaise et la république démocratique du Congo détestent les défenseurs des droits de l’homme. J’ai lu un communiqué qu’il avait publié il y a quelques semaines, demandant la libération des activistes des Droits de l’homme au Cabinda. Je trouve ça courageux de sa part mais risqué pour sa vie car il réside en RDC et donc se mettre à dos l’Angola et la RDC pouvait mettre sa vie en péril. Je ne dis pas que c’est la cause de sa mort, mais tout ça contribue à sa mort car l’Angola contrôle militairement la RDC et le Congo Brazzavile. Si un ressortissant cabindais critique le gouvernement angolais depuis les deux pays, il est immédiatement arrêté par la police car les médias des deux Congos sont surveillés de près par l’Etat angolais.

    Mise au point : M. le Président, actuellement l’Angola participe au 14 ème assises des Droits de l’homme à Genève (du 31 mai au 18 juin 2010) mais la délégation est représentée à notre grande surprise par Joâo Alves Monteiro, vice-ministre de la justice. Alors ma question est de savoir où est Antonio Bento Bembe, chargé des droits de l’homme en Angola :

    Nzita Tiago : Ma réponse est simple. Bento Bembe a signé les accords personnels avec l’Angola en 2006, les accords qu’on a tous refusé en acceptant ces accords bidon sur les statuts de Cabinda. En échange, il a échappé à la justice qui lui a lancé un mandat d’arrêt international mais vu qu’il est très égoiste il n’a pas négocié la libération d’Arthur Tchibassa actuellement en prison aux Etats Unis. Donc aujourd’hui Bento Bembe est membre du gouvernment angolais mais ne peut pas sortir de l’Angola car il est toujours recherché par la justice américaine. C’est pourquoi il est absent à Genève.

    Mise au point : vous avez proposé à l’Angola que le Cabinda devienne un état confédération au sein de l’Angola mais d’après nos informations l’Angola propose que le Cabinda devienne lui-même une confédération.

    Nzita Tiago : je demande au gouvernement angolais de revoir mes propositions et mettons-nous à une même table pour trouver une solution politique à nos divergences politiques entre angolais et cabindais.

    Mise au point : Votre fils Antoine Nzita Bemba a déclaré sur son site qu’il vous demande pardon par rapport à vos relations qui se sont dégradées depuis 2006.

    Nzita Tiago : Les linges sales se lavent en famille et non sur une place publique. J’ai une grande famille ici, il sait où me trouver et dans notre famille nous avons un chef; je n’ai pas apprécié qu’il fasse cela en public.

    Mise au point : Antoine Nzita Bemba vous demande d’aller voir José Eduardo Dos Santos à Luanda, quelle est votre réaction ?

    Nzita Tiago: Ce n’est pas mon fils qui va me donner l’ordre d’aller voir José Eduardo Dos Santos. Jamais j’irai m’agenouiller aux pieds du Président angolais. Je suis une personnalité depuis l’époque coloniale jusqu’à aujourd’hui, responsable d’un mouvement historique.

    Je lui ai écrit plusieurs lettres, jamais ni lui, ni son cabinet me répondent. Juste pour rappel j’ai déjà rencontré José Eduardo Dos Santos à Paris il ya quelques années, et Antoine Nzita Bemba était présent.

    Mise au point : Si le gouvernement angolais vous envoie une invitation officielle pour aller à Luanda, vous irez ?

    Nzita Tiago : Si le président angolais m’envoie une invitation officielle pour aller à Luanda, oui j’irai, mais accompagné des personnalités du FLEC et sous la protection de la communauté internationale, bien sûr.

    Mise au point : La république angolaise a déposé plainte contre X à Paris, suite à l’attaque du 8 janvier dernier au Cabinda, est ce que vous êtes concerné ?

    Nzita Tiago:Je ne suis pas concerné par la plainte de l’Angola à Paris. Je l’ai appris par l’AFP, comme tout le monde.

    Mise au point : Quel est votre message au président angolais, car il lit nos articles.

    Nzita Tiago : Je lui demande d’accepter nos rencontres pour régler la crise cabindaise, n’importe où, pour qu’on puisse marquer l’histoire des peuples angolais et cabindais comme l’a fait Nelson Mandela en Afrique du Sud. Lui et moi, nous mourrons un jour car nos âges sont avancés mais la terre cabindaise restera.

    Mise au point : Votre dernier mot le président Nzita Tiago :

    Nzita Tiago : Je demande à tous les jeunes intellectuels cabindais de prendre conscience de la souffrance de la population sur le terrain, d’être sérieux aux yeux du monde entier. Je voulais aussi vous féliciter pour vos articles sur le Cabinda.

    Mise au point : Merci pour l’interview, Monsieur le Président.

    1. — En date de : Lun, 14.6.10, Armando Fuakumputu a écrit :

      De : Armando Fuakumputu
      Objet : Para Bourro de Lisboa
      À : babamuntu Date: lundi 14 juin 2010 14 h 53

      Tu es un vrai connard. Tu traites les gens de zaïrois ou des congolais et toi, qui es-tu? Sans le Zaïre tu serais un illettré. Pauvre ingrat. C’est le complexe d’infériorité qui te ruine pauvre petit ouvrier de Lisbonne sans vertu. Sénateur de merde. Pauvre suiviste et sans position. Hier tu étais avec Bento, puis avec Bango, batila et autres. Aujourd’hui tu es devenu la rusée de Mingas. Quelle honte. Tu fais toujours l’éloge des nuls parce que tu es toi-même un nul. C’est ma famille au Portugal qui a tout fait pour qu’on te donne des papiers. Si tu ouvres encore ta bouche, on va te les retirer. Le jour que tu mettras tes deux pattes avec ta veste jaune en Angleterre, tu seras mort

      RE: A UNIÃO é a nossa força‏
      De : David Kaya Daniel
      Envoyé : sam. 12/06/10 08:00
      À : Flec Fac
      Aquí estao mais outros estrangeirados angolanos e congoleses que em Inglaterra beneficiam de asilo e residência e que falam em nome de Cabinda. Viva Cabinda Barato e de todos os aventureiros. Isso vai acabar. É nessa e com essa desorganização que a Flec chegou ao que chegou e matou a organização e a Causa e Viva a autonomia colonial do memorando de entendimento de Bento Bembe e de Antoine Nzita e que sem sentimentos patrióticos verdadeiros se aproveitam do nome de Cabinda. Não conhecem ,não amam e traiem na primeira esquina,e ao primeiro prato de Lentilhas.

      Já agora Sr. Pedro Mabanza, de que lado está ? (Já agora que relações tem com o ilustre representante da Flec no Reino Unido o Sr. Martinho Lubango) ?Da Flec enclave / Fac / que já negociou secretamente em Paris, Luanda e Ponta Negra como o Bento Bembe uma autonomia colonial da sombra, de enganos e de dinheiros e do memorando de entendimento de Antoine,Bento, Tati, Boma…..que estão a ameaçar de morte os resistentes e corromper outros para deixarem de lutar ou da Flec Resistente (Estado e Pm) que vai e deve continuar a lutar pela pela liberdade, soberania e independencia verdadeira e total do povo ocupado e oprimido de Cabinda?

      A Flec Resistente e patriótica pode e vos adoptar como Cabinda se forem independentistas activos e contra negociações secretas e com a imprensa, o opinião pública e a comunidade internacional e nacional de Cabinda amordaçada e até com activistas dignos de povo de Cabinda presos e julgados, em voos « arrasantes » e jactos privados e de luxo, enquanto que com os verdadeiros filhos de Cabinda.

      Aguardo a vossa resposta senhor Pedro Mabanza.

      Date: Fri, 11 Jun 2010 10:27:16 +0000
      From: flecfac
      Subject: A UNIÃO é a nossa força

      Saudações,

      Queridos compatriotas,

      Gostaria de apresentar-lhes algumas fotos tiradas durante a nossa reunião da assembleia geral, que geralmente ocorrem de dois em dois meses na nossa sede em Manchester.
      A UNIÃO é a nossa força

      Obrigado,

      Pelo Presidente da Comunidade Cabindesa no Reino Unido

      Edgar Pedro Mabanza

      Website:http://cabindanews.21publish.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s