Henrique TIAGO NZITA, Leader historique du FLEC s’exprime… sur son âge, ses attentes, la relève, le Cabinda…

CABINDA : Fin d’une époque, Avenir, la nouvelle génération…

Henrique TIAGO NZITA, Président de FLEC Unifié s’exprime…. sur son âge avancé, la relève, la Cabinda etc….

Nous avons reçu un mail d’Antonio LOPES portant sur l’interview accordé par le Leader historique du Front de Libération de l’Etat du Cabinda Henrique Tiago NZITA.  Cet entretien a été réalisé dans la région parisienne, avant les événements du 08 janvier dernier à Cabinda.

Henrique TIAGO NZITA, Leader historique du FLEC
Henrique TIAGO NZITA, Leader historique du FLEC

M. Nzita, vous êtes né au Cabinda et résidez actuellement à Paris, pouvez vous nous décrire votre parcours jusqu’à maintenant ?

Je suis né le 14 juillet 1927 à Dinge (Centre du Cabinda), puis j’ai grandi au Congo Kinshasa, où j’ai effectué mes études primaires et secondaires. Pendant une période de douze ans, j’ai été au maquis et je mène depuis 45 ans un combat politique pour l’indépendance du Cabinda. Depuis quelques temps, je réside en France et je suis actuellement sous soins médicaux à Paris. Chaque jour, je reçois chaque jour des appels téléphoniques du FLEC avec lequel je garde contact.

Décrivez nous le FLEC, fondé en 1963 et ses revendications ? Il a connu différentes phases et est aujourd’hui unifié ?

Le FLEC est, à l’origine composé du MLEC (Mouvement Libération de l’Enclave de Cabinda, dirigé par Luis Ranque Franque), de l’ALLIAMA (Alliance de Mayombé, dirigé par Antonio Sozino),et du CAUNC (Comité d’action de l’Union Nationale Cabindaise, dirigé par Henrique Tiago Nzita). En 1963, ces trois mouvements s’unissent lors d’un Congrès à Pointe-Noire du 2 au 4 août 1963 et le FLEC naît. Nous ouvrons directement un bureau à Kinshasa (ex-Zaire), puis plus tard, en 1973 à Tchiowa, la capitale du Cabinda. Entre temps, en 1970, on me met en prison à Luanda, au centre de prisonniers politiques. Lors du coup d’ état au Portugal en 1974, je suis libéré (cf début de la révolution des oeillets, renversement des régimes dictatoriaux d’Antonio de Oliveira Salazar et de Marcelo Caetano). A cette période ont eu lieu les accords d’Alvor, dont le but est de regrouper les différents mouvements angolais (MPLA, FNLA et UNITA) mais qui aboutissent à un début de guerre civile en Angola. En 1975, lors de l’indépendance de l’Angola, les coalitions Angolaise (MPLA), Russe et Cubaine envahissent le Cabinda. Les Russes et les Cubains utilisent Pointe-Noire dans la région de Kouilou et Dolisie de Niari (Loubomo) comme base aérienne et militaire pour attaquer le Cabinda et le Portugal abandonne le Cabinda. Je pars me réfugier au Congo voisin, à Kinshasa, et je commence à y former l’armée cabindaise, avec le soutien de Mobutu Sese Seko Kuku Gbuendo Wazabanga alors président du Zaire, ainsi que l’aide d’autres amis et puissances étrangères ( non citées).

Le Cabinda au Nations Unies, le 14 décembre 1960
Le Cabinda au Nations Unies, le 14 décembre 1960

L’Angola occupe actuellement encore le Cabinda, et ceci malgré l’accord du Caire en 1964. Une liste de pays devant être décolonisés avait alors été publiée, mentionnant distinctement l’Angola (cas n° 35) et le Cabinda (cas n° 39). Une récente Conférence à Berlin en 1985 pour la division du bassin du Congo, a, d’autre part, désigné le Cabinda comme un protectorat Portugais. Depuis quand le Cabinda n’est plus sous protectorat Portugais ?

Liste des Etats africains selon l'Organisation de l'Unité Africaine en 1963
Liste des Etats africains selon l'Organisation de l'Unité Africaine en 1963

La misère actuelle du Cabinda provient du Portugal, qui passe des accords militaires avec le gouvernement angolais. Et le gouvernement angolais est appuyé par la communauté internationale, qui profite du pétrole Cabindais ! Le peuple cabindais est fatigué, car le Cabinda est le premier Etat noir, occupé par un Etat noir, aussi pauvre que l’Angola !

Des accords de paix ne sont-ils pas négociés avec l’Angola ?

En 2004, une rencontre en Hollande rassemble tous les mouvements indépendantistes en vue d’une réunification. J’y rencontre Bento Bembe (président du FLEC-rénové) qui est nommé à tête du FDC( Front pour dialogue cabindais) afin de négocier la paix avec l’Angola. Mais Bento Bembe vend les plans secrets des négociations avec l’Angola au président Eduardo Dos Santos. En conséquence, les Cabindais ne reconnaissent pas les accords d’indépendance signés. Bento Bembe est actuellement membre du gouvernement angolais, mais ne possède pas de portefeuille.

Parlez nous des dernières élections qui ont eu lieu en septembre 2008, à Luanda?

Avez vous encouragé la population cabindaise à participer à voter lors de ces élections ?

J’ai dit à la population de ne pas participer à ces élections, car ce sont des élections angolaises !

Accordez vous des entretiens et des interviews aux médias occidentaux?lesquels ?

Oui, j’accorde régulièrement des interviews, pour des radios et télévisions comme RFI (Radio France Internationale), la RTP (radio et télévision de Portugal), Radio-télévision Kimpwanza (Allemagne).

Pourquoi les médias occidentaux se désintéressent, selon vous, de la situation au Cabinda ?

A moi de poser la question aux médias ! Pourquoi? La couverture médiatique n’existe pas pour le Cabinda car les médias occidentaux sont bloqués aux frontières par l’Angola. Par ailleurs, il n’y a pas de liberté de presse au Cabinda (cf: détention du journaliste de la Voix d’Amérique José Fernando Lelo). Pourquoi la communauté internationale ne fait-elle pas pression sur l’Angola pour qu’elle accepte de laisser passer les journalistes occidentaux et qu’ils puissent prouver qu’il y a réellement la guerre au Cabinda ?

Vous avez toujours revendiqué l’indépendance totale du Cabinda, sans condition, est ce que l’autonomie n’est pas une première étape ?

Nous ne réclamons pas l’autonomie. Depuis quand sommes nous une colonie angolaise? C’est à nous de choisir notre statut ! De 1482 à 1885, le Cabinda se gérait se façon autonome, par le biais de chefs traditionnels. Plus tard, en 1885, les chefs traditionnels cabindais et le gouvernement portugais concluent un accord qui donne au Cabinda le statut de protectorat portugais. Qu’est ce qui empêche que le Cabinda soit un protectorat Portugais? Mais surtout, quelle est la décision de la communauté européenne vis à vis du Cabinda? Cette dernière n’intervient pas ! L’esclavagisme continue !

Avez-vous des contacts avec le gouvernement et l’armée angolaise ?

J’ai écrit plusieurs fois au président angolais Eduardo Dos Santos et je l’ai même rencontré à Paris, il y a quelques années. Je n’ai pas de contact avec l’armée, en revanche, j’ai eu des contacts réguliers avec l’UNITA pendant mes douze années de maquis, (cf: à l’époque Jonas Savimbi, chef de l’UNITA avait participé à former certains militaires des FLEC).

A 81 ans, est ce que vous préparez un successeur à la tête du FLEC ?

Je demande à la jeunesse cabindaise de me préparer un successeur car je suis prêt à céder ma place. En 1996, une grande réunion s’est tenue, à Libreville pour le choix du chef du FLEC lors de laquelle, mon mandat à la tête du FLEC a de nouveau été renouvelé .Il y a pourtant de nombreux jeunes de talent, avec qui je collabore régulièrement. Le jour où le FLEC le décidera, je céderai ma place, car mon âge est avancé.

Par ailleurs, il faudrait organiser une rencontre ou une réunion intercabindaise regroupant les différents membres des mouvements d’origine Cabindaise (MPLA-FNLA-UNITA-FLEC) et les intellectuels cabindais. Cette table ronde se tiendrait dans un pays prédéterminé depuis lequel nous poursuivrions la lutte. Un référendum organisé sur place, au Cabinda, permettrait également à la population de se prononcer.

Actuellement la population souffre, la souveraineté doit revenir au Cabinda. Eduardo Dos Santos, le président angolais n’a jamais tenu ses promesses envers le Cabinda, il permet délibérément les exactions sur la population cabindaise. La lutte armée doit donc continuer.

4 réflexions sur “Henrique TIAGO NZITA, Leader historique du FLEC s’exprime… sur son âge, ses attentes, la relève, le Cabinda…

  1. jele déclare que la chanson c’est encore possible de A.MOLOTO que le mayombe sera unie je souhaite la liberation de Cabinda et de tout mayombe le bas-fleuve est occupe par congo kinshasaà quand cette liberté?

  2. Cabindascope dans le souci d’ouverture à toutes les opinions, évite la notion de censure et, rappel que tous propos négationiste est à proscrire dans les commentaires sur ce site. Nous laissons volontairement le commentaire de Mawete Makisosila (pour une fois qu’on inivite un Angolais…).

     » Grand père NZITA, quant est-ce que le FLEC a-t-il mené la lutte de libération contre le Portugal ? Si le tableau qui illustre votre interview est véridique, qui indique que le Cabinda a obtenu son indépendance, le 1 août 1975, et l’Angola le 11 novembre de 1975, de quoi se plaint alors le FLEC ?

    Modérateur: La résolution 1542 (XV) de l’Assemblée générale des Nations unies adoptée le 15 décembre 1960 relative à la décolonisation a retenu l’Angola et le du Cabinda, comme entité distincts. En 1964, après une réunion au Caire, l’Organisation de l’unité africaine (OUA) a publié une liste de pays à décoloniser mentionnant distinctement l’Angola (cas n° 35) et le Cabinda (cas n° 39) et, les dates prévus: Cabinda 01- 08-1975, Angola: 11-11-1975. Relisez les textes si vous pouvez…

    Savez-vous pourquoi feu Maréchal Mobutu Sese Seko, qui connaissez assez bien l’apport des Kongo d’Angola dans l’émergence de l’Abako et des luttes pour l’indépendance de son pays, vous a permis d’ouvrir une représentation du FLEC à Kinshasa alors que ce sont les trois mouvements historiques angolais qui combattaient les Portugais jusqu’à l’indépendance ? Pourquoi avez-vous laisser les mouvements de libération angolais agir au Cabinda pendant toute la période de leur lutte armée ?

    Modérateur: Les Cabindais ont hébergé les indépendentistes angolais pour des raisons évidentes de sécurité pour eux. Aussi, Face au Colon Commun, il était naturel d’être solidaire des frères d’armes angolais vu l’objectif commun. Vous trouverez facilement dans le monde des exemples dans ce type d’alliance, Voir Deuxième guerre mondiale en Europe.

    Vous avez eu l’occasion de rencontrer feu Président Holden Roberto, chef historique de la Révolution angolaise et du Front National de Libération de l’Angola (FNLA) à Kinshasa et l’avait évité plusieurs fois à Paris de son vivant (Qu’en savez vous ?). Vous a-t-il soutenu dans votre projet ? Quel accord avaez-vous éventuellement conclu avec les mouvements de libération angolais pour combattre pour vous ? En effet, la réalité historique est que les Angolais ont obtenu leur indépendance en ayant lutté de Cabinda à Cunene (faux). Le Portugal le sait. Les Cabindais le savent (???). Sauf vous et vos militants et sympathisants ? Dans quelle prison de l’Angola les Portugais vous avez emprisonné ? C’est un fils d’une longue lignée d’indépendantistes angolais qui vous écrit. Je connais la position du président Holden sur la question cabindaise pour avoir été le responsable de l’inforamtion en Occident pendant son exil et après. Tous ceux qui suivaient les événements de l’Angola savent où et comment vous viviez à Kinshasa. Nous savons que le président Mobutu n’était pas sérieux avec vous. Le président Holden a été un révolutionnaire et nationaliste constant jusque dans sa défaite (sic). S’il était encore vivant, en 2010, il vous aurait contredit.
    Grand père (bien !) et cher compatriote (Eh, Non merci…), . Pourqoi n’avez jamais demandé au Portugal ce que vous demandez à l’Angola aujourd’hui (sic)? Le Portugal n’a cessé de respecter le Traité de Simulambuco que lors de l’indépendance de l’Angola ? (re sic) Vous voulez nous faire croire que le Portugal n’a pas colonisé le Cabinda ? Pourquoi l’a-t-il subitement cédé à l’Angola ?

    Modérateur: Bonne question. Le Portugal communiste de 1975 avait « offert » le Cabinda, son pétrole à l’Angola Maoïste pour mettre cette mane financière dans le Giron des Communistes, dans la grande période de la Guerre Est_Ouest. Depuis, le Mur de Berlin est tombé, les pays du bloc de l’est se tournent vers l’Ouest, Le Cuba de Fidel Castro, s’ouvre elle aussi à l’économie du marché. Le Cabinda, Pays de l’Afrique Centrale va s’inserer naturellement dans l’Union des Etats de L’Afrique Centrale, c’est dans l’ordre des choses. N’est ce pas ?

    Je suis très conscient de l’existence des disparités politiques et économiques graves à travers notre pays.

    (Vrai, VOTRE pays l’Angola à de grosses difficultés dans la gestion de son peuple. Les Cabindais compatissent à la souffrance du peuple ami angolais, Nous pensons qu’ils ne souhaitent pas se meler de vos problemes et, aspirent à régler les problemes de fonctionnement interne du Cabinda de façon libre et indépendante.

    Je ne crois pas que les originaires de Cabinda subissent que tous les autres Angolais ces difficultés par le seul fait qu’elle est la plus riche en pétrole. Le reste de l’Angola est selon vous pauvre que le Cabinda ?

    (OUI, 70% des recettes de l’Etat angolais, vient de Pétrole, Matières premières des Cabindais)

    Quels sentiements vous inspirent tous ces originaires du Cabinda qui ont lutté depuis le 15 mars 1961, date du déclenchement de la lutte armée en angola et pendant le conflit angolais, de 1975 à 2002, dans les mouvements de libération historiques angolais ? Les Cabindais tels que Messieurs Nzau Puna, ancien vice-président de l’UNITA sous Jonas Malheiro Savimbi et Bembe du FLEC -Rénové, membre du gouvernement angolais sont-ils des insconscients et des égarés ? La grave faute politique que représente l’attaque du bus de l’équipe du Togo doit constituer une occasion de vous ressaisir, de mobiliser toutes les forces politiques de notre pays, pour signer une paix des braves et instaurer une ère de paix et de prospérité permanente sur l’ensemble d enotre territoire. Je m’adresse à vous avec tout le respect et toute la considération dues à votre âge et à vos responsabilités. Notre peuple doit demeurer uni.

    Modérateur: La France est elle américaine? Anglaise ? Sénégalaise, etc… Et l’Allemagne: Russe ? Américaine, Française?, Liberté-Egalité-Fraternité, ça vous dit quelque chose ?

    Pour finir, mon cher ami Mawete, les cabindais condamnent TOUS les actes de guerre sur l’étendue du territoire cabindais. Le désarmement des fractions militaires est souhaitable, une force d’interposition Onusienne est souhaité à l’image de ce qui s’est fait au Kosovo. Aussi, je vous conseille de lire la déclaration des Nation unis du 14 sept 2004 qui dit:  » Au-delà de la reconnaissance des droits culturels des peuples autochtones, la Déclaration affirme plus particulièrement leur droit à l’autodétermination. Le texte déclare que les peuples autochtones ont le droit d’être autonomes et de s’administrer eux-mêmes pour tout ce qui touche à leurs affaires intérieures et locales, ainsi que de disposer des moyens de financer leurs activités autonomes « . ARTICLE COMPLET ICI

    Revenez quand vous voulez, Cabindalement votre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s